13/10/2007

Ma culture musicale, si j'ose dire !

Comme prévu, voici chronologiquement ce que j'ai écouté comme musique dans ma vie :

Petite, j'écoutais, passivement, ce qui passait à la radio et à la télévision, donc : des génériques de dessins animés, de séries, rarement Chansons à la Carte (vous vous souvenez ?) et encore moins, Le Ring Parade de Minux, heu... Guy Lux. Je me souviens malgré tout de morceaux comme "Je suis malaaaade", "Il a neigé sur Yesterday", "La Cage aux Oiseaux" et plus généralement, les Grands Prix de l'Eurovision de la Chanson.

D'autres titres m'ont frappé à l'époque (même si je n'aimais pas): "Le Zizi", "La Moutouelle" (vous vous rappelez de ça ?), "Tornero", les chansons de Cloclo et de Sheila...mais pas celles de Johnny que je n'aime toujours pas !  

Plus tard, j'ai affiné mes goûts ! Quand ma soeur (qui est 1 an plus jeune que moi) écoutait les Rubettes (elle aimait bien le chanteur !!!), moi, j'écoutais plutôt ce que mon frère aimait : Barry White, Gloria Gaynor, les Four Tops, ...

Ensuite, il y a eu l'adolescence !!!!!

Et là ! Tout passait : AC/DC et tous les groupes de hard-rock, les Sex Pistols, The Clash, les débuts de Cabrel, Souchon, les débuts de Dire Straits (que j'écoute encore), Pink Floyd, et Supertramp !

Mais la New Wave est arrivée et a balayé tout ça. Vous rappelez-vous de "Enola Gay" chanté par OMD ? Ou de "Just Can't get enough" de Depeche Mode ? De "Alive and Kicking" de Simple Minds ? Ou de "Notorious" de Duran-Duran ? Ou encore de "Such a shame" de Talk Talk ? Et j'aimais ça !

Ensuite, The Cure m'a conquise (enfin surtout ma soeur), Culture Club, ...Et plus tard, Midnight Oil et Big Country, entre autres...

Parallèlement, je commençais à écouter un peu de classique. Style de musique qui me convient depuis...mais qui est parfois laissé de côté (suivant mes humeurs) pour les Rolling Stones, Dire Straits (surtout le leader Mark Knopfler), The Beatles, Pink Floyd et bien-sûr, Supertramp et principalement Roger Hodgson...

Depuis les années 90, peu de musiques m'ont emballée, sauf depuis que ma fille me fait écouter "autre chose" que Mozart et tous ses copains ! Voir à ce propos mon sujet d'hier "Je réécoute le rock".

En partant des génériques de dessins animés jusque Simple Plan aujourd'hui, c'est quand même un parcours musical un peu cahotique ! Et le vôtre ? Vous y pensez parfois ?

11:15 Écrit par Sybille dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

12/10/2007

Je réécoute le rock !

Simple Plan, c'est LE groupe que ma fille aime pour le moment avec Fall Out Boy, Green Day, Rammstein, Good Charlotte, mais aussi des groupes plus anciens comme AC/DC, The Cure, Sex Pistols, The Beach Boys...

Ma fille a une culture musicale plus large que je n'avais la mienne à son âge : elle a 14 ans...et joue de la guitare électrique (merci le casque sur ses oreilles !!! Non, je plaisante, ma chérie).

Moi, j'écoutais le même que tout le monde avec quelques exceptions...dont AC/DC...Sex Pistols...Je vous raconterai ça un jour...

Avec ma fille, je redécouvre le rock et le punk-rock !!! Et j'aime ça ! (Et non, je n'écoute pas que Haendel et Mozart...!).

Alors, pour elle, et pour vous qui aimez ou qui voulez connaître, voici quelques clip...

 


 
 
 
 
 
 
 
 

 

 


 

 

 


22:36 Écrit par Sybille dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Lullaby

Elles rentrent dans les maisons en cette période. Les araignées.

Petites bêtes...qu'on aime ou qu'on n'aime pas...

The Cure en a écrit une chanson : "Lullaby"(extraite de l'album "Disintegration" - 1989).

Bel hommage, je trouve !

P.S. Pour ma soeur.......qui adore The Cure, mais pas les araignées !

 

Les paroles en français :

Sur des jambes en bonbon l'homme araignée arrive
Doucement à travers l'ombre du soleil couchant
Dérobant au delà des fenêtres la joie de la mort
Cherchant la peur dans la rencontre des ténèbres
Et soudain un mouvement dans le coin de la chambre
Et il n'y a rien que je puisse faire
Quand je réalise avec peur
Que je suis le dîner de l'homme araignée ce soir

Doucement il rit et secoue sa tête
La vermine est proche maintenant, proche du pied du lit
Et plus silencieux que l'ombre et plus rapide que les mouches
Ses bras sont tout autour de moi et sa langue dans mes yeux
"Reste calme, et silence mon cher garçon
Ne lutte pas comme ça ou je ne ferai que t'aimer
De plus, il est trop tard pour t'enfuir
Ou allumer la lumière
Tu es le dîner de l'homme araignée ce soir

Et je me sens comme dévoré par un milliard de trous poilus tremblants
Et je sais qu'au matin
Je me réveillerai dans le froid tremblant
Et que l'homme araignée est toujours affamé


22:04 Écrit par Sybille dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

11/10/2007

So very British - part two

Après "Rule Britannia", voici un autre morceau très souvent joué au pays de sa Grâcieuse Majesté : c'est une marche composée en 1901 par Edward Elgar : "Pomp and Circumstance".

Souvent associée au protocole et aux manifestations officielles, elle n'est pourtant pas jouée à ce moment là...!

Dans cette marche, c'est un passage bien précis qui est plus connu. Le morceau devient plus lent, ne ressemblant plus à une marche. Il est parfois confondu avec l'hymne national ! (Mais pas au Royaume-Uni, of course !)

Vous avez certainement déjà entendu. Sinon, écoutez...

(Moi, ça me donne la chair de poule !).

 

 

 

union jack

14:33 Écrit par Sybille dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

So very British...

Thomas_Augustine_Arne

 

 

 

 

L'année prochaine, on célèbrera le 230e anniversaire de la mort de Thomas Augustine Arne. Si ce nom ne vous dit rien, une de ses oeuvres est entrée dans l'histoire et plus particulièrement dans l'histoire du Royaume- Uni : "Rule Britannia" qui est le final de l'opéra "Alfred".

"Rule Britannia" est fréquement chanté outre-Manche pour toutes sortes d'occasions et notemment, lors de manifestations sportives.

Je vous le fais découvrir si vous ne connaissez pas...

 
union jack

14:15 Écrit par Sybille dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/10/2007

Un film sur George Harrison

AYI1Y5RCA8N9AW6CAG9TUHNCADHBRCYCAGNZP3VCAAET8AQCAUVV0ORCAMIB5QCCAATN3B4CA6XI91BCATDZTSPCADQ32NXCAQT74CSCAG2XLRFCAT2GLW3CA4PFSWYCAIB9XHXCAFQUDAZCANL3DFB

Martin Scorsese a annoncé qu'il tournera un film-documentaire sur l'ex-Beatle disparu le 29 novembre 2001 à l'âge de 58 ans des suites d'un cancer.

Paul Mc Cartney et Ringo Starr interviendront probablement dans le documentaire.

Inoubliable membre des Beatles, George Harrison avait travaillé en solo après la dissolution du mythique groupe en 1970. Il avait ensuite fait partie du groupe "Traveling Wilburys" dont faisaient également partie Jeff Lynne (ex-ELO), Bob Dylan, Roy Orbison et Tom Petty.

Inutile de vous présenter ses titres, ils sont connus ! Par contre, voici une vidéo dans laquelle on le retrouve lors d'une émission en Angleterre. Attention, un titre peut en cacher un autre..."My sweat Lord" ? Ecoutez !!!

 

(page redirigée)

20:24 Écrit par Sybille dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2007

Une vache à mille francs

Si si, vous connaissez au moins l'air !

La valse à mille temps de Jacques Brel, vous connaissez ? Prenez l'air de cette chanson et ajoutez les paroles que Jean Poiret avait parodiées et ...c'est pas mal !

 note_musique_06

Au premier temps de la vache,
Toute seule dans son pré, elle est là,
Au premier temps de la vache,
Y a l'éleveur, y a la bête et y a moi,
Et ma faim qui bat la mesure,
La mesure de mon estomac,
Et ma faim qui bat la mesure,
Mesure aussi mes fins de mois.

Une vache à mille francs,
Comme ce serait charmant,
Comme ce serait charmant
Et beaucoup plus tentant
Qu'une vache à deux mille francs,
Une vache à mille francs.
Une vache à mille francs,
F'rait l'filet à cent francs,
L'rumsteack à soixante francs,
Le gîte à quarante francs,
L'aloyau à trente francs,
La culotte à vingt francs.
Une culotte à vingt francs,
F'rait la côte à quinze francs,
La poitrine à douze francs,
La bavette à dix francs,
Le collier à huit francs,
Le jarret à quatre francs.
Un jarret à quatre francs,
Ce s'rait intéressant
Et plus avantageux
Pour faire un pot-au-feu
Qu'un jarret à mille francs,
Un jarret à quatre francs

Au deuxième temps de la vache,
C'est à peine si je l'aperçois,
Au deuxième temps de la vache,
Y a du monde entre la bête et moi.
Il y a l'tueur qui passe la mesure,
L'transporteur qui lui emboîte le pas,
Pendant qu'Fontanet nous assure
Que la viande de la vache ne monte pas.

Une vache à mille francs,
En quittant l'Morbihan,
Devient chemin faisant
Comme par enchant'ment
Une vache à cinq mille francs
En arrivant au Mans.
Une vache à cinq mille francs,
On ne sait pas comment,
Augmente de vingt pour cent
En traversant Le Mans,
Et d'vient par conséquent
Une vache à six mille francs.
Une vache à six mille francs,
C'est bougrement tentant,
C'est bougrement tentant
Pour les gens d'Orléans
D'en faire innocemment
Une vache à dix mille francs.
Une vache à dix mille,
En sortant de la ville,
Prise dans un tourbillon
Devient à Arpajon
Par un calcul habile
Une vache à vingt mille,
Cent mille à Montlhéry,
Deux cents à Juvisy,
Trois cent mille à Orly,
Arrivant à Paris,
A la Porte d'Italie
La vache n'a plus de prix.
La vache est aux Gobelins
Multipliée par vingt,
Par deux cent cinquante deux
Au carr'four Richelieu,
Et par huit cent dix sept
En sortant d'La Villette

Au dernier temps de la vache,
En rôti, sur l'étal, elle est là,
Au dernier temps de la vache,
Y a un monde entre sa viande et moi.
Et l'Etat, qui prend des mesures,
L'Etat qui mesure notre émoi,
Et l'Etat qui prend des mesures,
Fait monter un peu plus chaque mois.

De la vache à cent francs,
On en mangeait autant,
Autant qu'on en voulait,
Et plus qu'il ne fallait,
A midi, au dîner,
Et dans l'café au lait.
D'la vache à cinq cent francs,
C'est déjà plus gênant,
Quand on mange en moyenne
Dix kilos par semaine,
Pour avoir mon content
Je privais les enfants.
De la vache à mille francs,
De la vache à mille francs,
Il vaut mieux carrément
Se gaver d'ortolans,
Et s'offrir des homards
Tartinés de caviar.
D'la vache à deux mille francs,
Ça s'ra pour l'jour de l'an,
On la mangera truffée,
Sur un grand canapé,
On gardera l'foie gras
Pour les autres jours du mois.
D'la vache à cinq mille francs,
Ça d'viendra un placement,
Avec mes lingots d'or,
Dans mon grand coffre fort,
J'entass'rai les rumsteacks
Et les coupons d'beefsteack.
D'la vache à cinq mille francs,
Ça d'vient décourageant,
C'est pas qu'on soit méchant,
Mais un beau jour, pourtant,
Il faudra bien qu'on sache
Qu'on n'peut plus suivre la vache !

note_musique_06

vache135

00:08 Écrit par Sybille dans Musique | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |